lundi, 11 décembre 2017
French Arabic English

Delta-Cargo-and-Air-France-banner.png

PHOTO march Zinder

Une vidéo amateur montrant, des jeunes très agités de la ville de Zinder scandant des injures contre des plus hauts dirigeants du Niger invités à la cérémonie d’inauguration du nouveau marché de cette région, fait le buzz en ce moment sur les réseaux sociaux.

Pourtant, l’événement qui y a fait déplacer ces hautes autorités est d’une rare générosité. Il s’agissait d’une cérémonie de coupure de ruban du grand marché moderne de la région organisée en grande pompe et à laquelle, une forte délégation des dignitaires du pouvoir conduite par le Chef de l’Etat nigérien y a été invitée.

C’est un rappel, en plus de ce marché financé sur fonds propre de l’Etat à hauteur de 13 milliards de francs CFA, la ville de Zinder a été retenue pour abriter en 2018 les festivités marquant le 60e anniversaire de la proclamation de la république du Niger et dans ce cadre des travaux de construction des nouvelles infrastructures urbaines sont prévues dès le début de la nouvelle année. En outre, d’autres travaux de construction et de réhabilitation des routes interurbaines et d’investissements lourds dans le secteur de l’hydraulique et de l’électricité ont été effectués. Certaines réalisations seront réceptionnées dans les prochains jours.

Une vieille hostilité vis-à-vis du régime…

Néanmoins  malgré toute cette « générosité d’Etat », les populations de la Zinder refusent d’ouvrir leur cœur à Issoufou Mahamadou et à son régime.

Sous son premier mandat tout comme sous ce dernier quinquennat, les jeunes de la communauté urbaine de Zinder avaient fait preuve d’adversité politique contre le régime. Ils ont pris part à toutes les luttes politiques contre ce pouvoir et bien d’autres manifestations des rues, organisées tantôt par les partis politiques de l’opposition, tantôt par des structures de la société civile.

On peut citer entre autres les manifestations scolaires organisées entre 2012 et 2013 soutenues par des jeunes organisés en gangs dans plusieurs districts de la ville. Ces émeutes ont mis à mal le pouvoir qui s’est vu obliger à un moment donné de mettre à contribution les chefs traditionnels et les leaders d’opinion pour les aider à contrôler ces frondes et émeutes à répétition. Il faut aussi dire que c’est à partir de Zinder que les « émeutes anti Charli » ont été lancées. C’était exactement le 16 janvier 2015 avant que les autres jeunes des régions du Niger ne prennent aussi le relai, notamment à Agadez et Niamey.

Cet incident de lundi 27 novembre 2017 entre dans cette même logique d’agitation permanente contre le régime. Pourtant au niveau de cette région de Zinder, Issoufou Mahamadou a fait un bon score à l’élection présidentielle, dépassant ses autres challengers de l’opposition, selon les résultats de la Commission électorale de février 2016. Seul Mahamane Ousmane a pu le marquer à la culotte lors de cette course au fauteuil présidentiel, confirmant une fois de plus que Zinder est son véritable bastion politique.

Des interprétations diverses tous azimuts

Au surplus, ce qui vient de se passer à Zinder peut donner lieu à beaucoup d’interprétations. En effet, les partisans du pouvoir en place verront certainement, soit la main cachée de Mahamane Ousmane et de ses partisans, soit celle des opposants à son régime qui ont juré de mettre en difficultés Issoufou Mahamadou.

En outre, des adversaires à Bazoum Mohamed (qui sont de plus en plus nombreux au sein du Pnds, son propre parti) pourraient à tort l’indexer en lui reprochant le fait de n’avoir pas réussi à calmer les esprits et éviter les cris de hiboux aux hôtes de la région, si tant est que Zinder est son fief politique légitime.

Une telle allusion rendrait encore hypothétique ses chances d’être investi candidat du PNDS aux prochaines élections présidentielles, surtout quand on sait que sa situation de premier leader du Pnds n’est pas clarifiée.

Désœuvrement et mal vivre d’une jeunesse…

Sur tout un autre plan, ce comportement des jeunes des « Fadas » de la ville de Zinder peut être interprété comme une expression de la misère crasse dans laquelle beaucoup d’entre eux végètent du fait de leur désœuvrement, de l’opacité qui entoure la gestion des ressources du pétrole raffiné dont la région abrite les installations et d’un mal-vivre généralisé.

Enfin, le débat sur la loi des finances 2018 et son vote (avec en toile de fond le courroux des religieux face à la volonté du pouvoir de prélever des droits sur le partage de l’héritage) est un motif suffisant qui peut amener les jeunes zindérois à lâcher des salves de feu en direction des hauts dirigeants du pays.  

Toutes ces situations ont contribué à rendre délétère la situation sociopolitique du pays et face à laquelle le pouvoir en place a opté malheureusement pour la répression en lieu et place du dialogue.

Ajouter un Commentaire

Articles recents

Publier le 06/12/2017, 19:21
au-niger-les-organisations-de-la-societe-civile-lancent-un-appel-a-manifestation-pour-le-jeudi-21-decembre-2017 Nous, organisations de la société civile, réunies à l’effet d’examiner les conclusions issues de la session...Lire plus...
Publier le 06/12/2017, 19:10
lutte-contre-la-corruption-au-niger-la-halcia-encore-dopee-pour-des-resultats-minables Le pouvoir continue de doper la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions assimilées (HALCIA) mais pour des...Lire plus...
Publier le 06/12/2017, 18:36
le-niger-veut-se-doter-d-un-fonds-national-de-l-habitat Après plusieurs années d’attente, l’Etat du Niger veut enfin à se doter d’un Fonds National de l’Habitat...Lire plus...
Publier le 04/12/2017, 17:25
niger-pas-de-rentree-scolaire-pour-les-eleves-policiers-et-gardes-avant-2019 Pas de rentrée scolaire pour les candidats admis aux concours directs de recrutement, au titre de l’année 2017, des...Lire plus...
Publier le 04/12/2017, 17:17
niger-rsf-appelle-les-autorites-a-appliquer-le-cadre-legislatif-sur-la-liberte-de-la-presse Au cours d’une mission à Niamey, Reporters sans frontières (RSF) a pu rencontrer le Premier ministre nigérien et lui...Lire plus...

Connexion

Abonnez vous à la newsletter