mardi, 21 novembre 2017
French Arabic English

banner.jpg

Delta-Cargo-and-Air-France-banner.png

Omar Hamidou Tchiana

Le parti Amen Amine a tenu comme convenu son assemblée générale extraordinaire ce samedi 11 novembre 2017 sur convocation de son président national, l’ancien ministre d’Etat chargé des transports, Omar Hamidou dit Ladan Tchiana.  Dans un tweet qu’il a publié le vendredi 10 novembre, le président du parti Amen Amine a laissé croire à l’opinion que son parti est «victime d’une tentative de déstabilisation… » depuis le 30 octobre, date à laquelle il a cessé d’être membre du gouvernement, mais sans en donner plus de détails.

Cette réunion était en réalité une session disciplinaire, qui s’est exclusivement penchée sur le cas du député national Mohamed M’Bareck vertement critiqué ces derniers jours par des pros Ladan. Si l’on en croit une source proche de cette formation politique, ce député serait au centre d’une entreprise de déstabilisation du parti Amen Amine commanditée par certaines personnalités proches du pouvoir.

Mohamed M’Bareck a-t-il réellement entrepris des manœuvres contre le président du parti dont il est le vice-président ? Dans tous les cas, le Bureau politique du parti Amen Amine a décidé illico presto de son exclusion. Une décision dont les couleurs étaient déjà annoncées par les proches du président du parti Ladan Tchiana quelques heures auparavant.

Réagissant la veille, le député Mohamed M’Bareck a souhaité dans un courrier adressé au président du parti que l’ordre du jour de la réunion extraordinaire soit élargi aux questions qui fâchent qu’il a résumées en quatre points à savoir : « Haute trahison du parti suite à votre soi-disant démission ; la gestion des fonds reçus par le parti ; la gestion des nominations des militants ; le manque à gagner du parti suite à votre départ du gouvernement ».

Tout a été ficelé de manière expéditive et en l’absence du principal concerné qui a déjà prévenu que sa présence à cette réunion est conditionnée par la prise en compte des points évoqués dans sa lettre. Chance qui ne lui pas été concédée apparemment.

A moins d’un coup de théâtre ou d’une action judiciaire qui pourrait tout remettre en cause ou retarder les effets de cette sanction, son aventure à Amen Amine s’arrête à compter de ce samedi 11 novembre 2017.

Le parti Amen Amine a saisi cette occasion pour réaffirmer au grand-dam de ses militants son appartenance à la majorité au pouvoir en dépit du climat exécrable qui caractérise les rapports que cette formation politique entretient avec le pouvoir en place.

C’est qui est sûr les choses ne vont pas s’arrêter là entre Amen Amine et le Pnds-Tarraya, principal parti au pouvoir indexé à tort ou à raison d’être derrière une vaste entreprise de liquidation de Ladan et de son parti. A l’allure où vont les choses, Ladan et les militants Amen Amine finiront par rejoindre le camp de l’opposition, aux côtés de leurs anciens camarades du Moden Fa Lumana de Hama Amadou.

Wait and see !

Connexion

banner_sharp_06.jpg

VIDEOS RECENTES

Plus de vidéos <

Abonnez vous à la newsletter