mardi, 21 novembre 2017
French Arabic English

banner.jpg

Delta-Cargo-and-Air-France-banner.png

Trump Issouf MacronHier allié privilégié de la France sous le quinquennat de François Hollande, Issoufou semble aujourd’hui faire des Etats-Unis son allié stratégique dans la gestion de questions qui perturbent son sommeil.

La politique étrangère du Niger vis-à-vis des Etats-Unis d’Amérique a atteint un tournant décisif ces dernières semaines. En effet, depuis l’attaque de Tongo Tongo qui a occasionné la mort de quatre soldats américains et quatre autres soldats nigériens, Niamey et Washington coopèrent bien plus pour s’attaquer au terrorisme dans la région, dit-on avec zèle. Un rapprochement qui ne manque pas de provoquer la stupeur chez l’ex-puissance coloniale la France.

Beaucoup de choses ont changé dans les relations entre les deux pays depuis l’arrivée de Macron au pouvoir. Certains perçoivent à tort ou à raison une forme de lâchage de l’Elysée par Issoufou. Même si on n’ignore les vraies raisons de cette pirouette de celui qui jusqu’à une date récente est considérée par l’opinion nationale et internationale comme un valet pur et dur de la France, dans les coulisses on invoque la gouvernance Issoufou marquée par le non-respect des libertés publiques et le harcèlement contre des opposants au régime, qui ne plaît pas à l’Administration d’Emmanuel Macron.

Une préoccupation partagée aussi par l’Administration Trump très regardante sur le traitement des dossiers qui touchent à la gouvernance interne du Niger, quoique son attention reste focalisée sur les questions d’ordre sécuritaires. En octobre 2015, le Niger et les Etats-Unis ont signé un accord sur la ’’sécurité et la gouvernance’’ et l’ouverture de plusieurs dispositifs militaires dans la région nord du pays.

Dans le cadre de cet accord dont les termes échappent au contrôle de la représentation nationale, le ministre nigérien de la défense a annoncé pour la première fois lors d’un entretien accordé la semaine écoulée à la chaîne BBC que les drones Américains basés à Niamey sont désormais autorisés à frapper leurs cibles sur le territoire nigérien. De ce fait, l’aviation américaine aura une emprise sur l’espace aérien nigérien pour mener à bien ses opérations de ratissage contre les terroristes, comme ce fut le cas en Afghanistan ou en Irak après le 11 septembre 2001.

Une telle décision intervient peu de temps après l’annonce faite par Washington de débloquer un appui financier de quelque 60 millions de dollars au profit de la force mixte de G5 sahel. L’autorisation de frappe aérienne donnée à Washington suscite de nombreux commentaires chez les citoyens nigériens qui accusent les dirigeants nigériens d’avoir vendu la souveraineté nationale aux « puissances impérialistes ». De peur de s’attirer les foudres du pouvoir en place, bon nombre des responsables politiques et, particulièrement les députés qui, semble-t-il n’ont jamais été consultés pour donner leur approbation sur les faveurs qu’Issoufou a concédées aux armées étrangères, ont préféré rester de marbre.

De son côté aussi, la France en tant qu’ex puissance colonisatrice, a été aussi surprise par cette démarche singulière du régime nigérien, bien qu’elle-même ait réussi la première à faire ses tentacules à travers des bases militaires qu’elle a installées dans les confins du territoire nigérien. Des diplomates français jugent trop hâtive l’autorisation accordée aux Etats-Unis d’Amérique d’installer leurs dispositifs militaires et aériens sur un terrain qui est longtemps considéré comme la chasse gardée de la France.

C’est un secret de polichinelle, les Etats-Unis et la France, pour ne citer que ces deux puissances, se sont lancés dans une lutte d’influence dans la région saharo-sahélienne et particulièrement au Niger au point où certains analystes des relations internationales assimilent cela à une réelle reconquête coloniale.

Cette course de fond a transformé le Niger en une zone pivot hautement géostratégique pour la France et les USA. Au-delà des questions de sécurité, beaucoup pensent que des intérêts économiques justifient tout ce regain d’intérêt qu'ont les grandes puissances pour le dernier pays de la planète. En plus de l’uranium qui est un minerai stratégique pour la France et du pétrole exploité par la Chine, plusieurs entreprises étrangères sont détentrices des permis de recherche minière. Cette convoitise suscitée par les richesses minières du pays est à elle seule perçue comme un des vrais mobiles de tous les déploiements sécuritaires de ces grandes puissances.

Un avis que partagent bon nombre de nigériens qui ne voient d'ailleurs aucune perspective heureuse dans cette venue en masse de troupes militaires étrangères. Le peuple nigérien la considère comme un recul grave d’une nation victime de l’extrême pauvreté, des pratiques corruptives, de l’injustice sociale, de vol des deniers publics, et de l’enrichissement illicite de ses dirigeants. 

Connexion

banner_sharp_06.jpg

VIDEOS RECENTES

Plus de vidéos <

Abonnez vous à la newsletter