samedi, 18 novembre 2017
French Arabic English

banner.jpg

Delta-Cargo-and-Air-France-banner.png

Conseildesministres

Plusieurs membres de l’alliance qui a soutenu la candidature d’Issoufou Mahamadou pour un second mandat en mars 2016, sont très déçus de la façon dont celui-ci dirige le pays.

 

La situation de gouvernance actuelle du pays ne plaît pas à plusieurs membres de l’Alliance pour la renaissance du Niger (MRN). Malheureusement pour eux, pris dans un piège sans fin, certains responsables ainsi que des membres influents de la majorité au pouvoir, ne peuvent ni dénoncer publiquement les travers du régime, ni même quitter l’alliance, affichant une loyauté de façade qui cache pourtant tout leur dégoût vis-à-vis du régime.

 

Il semble que le Chef de l’Etat Issoufou Mahamadou les tient en laisse grâce aux nombreux dossiers de corruption par devers lui, et dans lesquelles quelques membres influents de ladite alliance seraient mis en cause, soutient-on dans des milieux proches du principal parti au pouvoir.

 

En effet, bon nombre de scandales révélés par la presse et autres inconduites du régime en place, illustrées par des arrestations arbitraires des opposants, des journalistes et des pires cas d’atteinte aux libertés publiques de ces derniers mois, ne plaisent pas à beaucoup des alliés de la Mouvance pour la renaissance du Niger (MRN).

 

Qu’il s’agisse des « scandales de fraudes massives lors des concours d’entrée à la fonction publique », des révélations sur les « 200 Milliards de la vente de l’uranium », de l’affaire « Wallegate », de l’affaire « africard », de la gestion des menaces sécuritaires ou même de l’implantation des bases militaires étrangères sur le territoire nigérien, le régime et ses alliés ne sont pas sur la même longueur d’onde.

 

Néanmoins, tous les alliés sont restés impuissants devant de tels travers, préférant grogner tout bas.

 

En dehors de quelques dénonciations dans des cercles fermés, notamment lors des causeries de salon avec des militants ou à l’occasion des rencontres informelles dans les chancelleries étrangères, aucun leader ne peut daigner lever le petit doigt, reconnait un proche du pouvoir.

 

Cependant, du côté du principal parti au pouvoir, il n’est pas rare d’entendre certains responsables se plaindre de l’attitude je-m’en-foutiste qu’observent en ce moment la plupart des alliés, alors que leur régime ne fait qu’essuyer, de jour comme de nuit, des attaques et autres critiques acerbes des opposants.

 

Le simple fait pour les alliés de rester de marbre et de ne pas prendre la défense du pouvoir en place est interprété comme un comportement « déloyal et délictueux » aux yeux de ceux qui dirigent le pays.

 

C’est dire que désormais pour prouver leur degré de loyauté vis-à-vis du régime, les alliés d’Issoufou Mahamadou seront obligés de sortir de leur torpeur et jouer le rôle de fusible.

 

Sans quoi, ils finiraient par réveiller le courroux du chef et risqueraient aussi d’être envoyés à la guillotine.  

nigerdepeches.info

Connexion

banner_sharp_06.jpg

VIDEOS RECENTES

Plus de vidéos <

Abonnez vous à la newsletter